Hybris.théâtre en transition

By MARIE-ÈVE BLAIS

hybris

Rencontre avec Philippe Dumaine et Mylène Bergeron

Philippe est candidat à la maîtrise en Histoire de l’art, concentration Études féministes, à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Mylène, artiste autodidacte, a fait un certificat en Histoire de l’art et une majeure en Études théâtrale à l’UQAM, ainsi que plusieurs ateliers de créations et stages.

Leur premier projet, Persona, a été créé dans le cadre du programme de théâtre à l’UQAM. Une reprise du texte tiré du film de Ingmar Bergman, qui s’intéresse à la question de l’image, du double. Le projet a été présenté devant public en février 2011, à l’Union française. Orphée révolver, second projet de la compagnie, s’inspire des théories queer et féministe, donnant la parole à des auteur.e.s comme Monique Wittig, Julia Kristeva, Judith Butler, etc. Il a été présenté une première fois en août 2010 dans le cadre de Zone Homa, festival de créateurs et créatrices de la relève, à la Maison de la culture Maisonneuve, puis a fait l’objet d’une version remaniée en novembre 2012 au Théâtre Sainte-Catherine.

Se redéfinir

La participation à Edgy vient directement au moment de redéfinition et de repositionnement de la compagnie. « C’est le moment de faire le point, de se poser des questions, d’ouvrir à la discussion. » Quels sont leurs ancrages et quelle est la place de l’interdisciplinarité, de la réflexion féministe et queer dans leur pratique? Travaillant beaucoup avec des collages de textes, d’improvisation,  par exemple, pour la création d’Orphée Revolver,  il y a cette envie d’un regard critique sur l’histoire des femmes et  la seconde vague, s’intéressant à cette question de la violence à travers la critique des femmes par d’autres femmes. Dans la création, illes s’intéressent davantage au jeu non réaliste : « On ne veut pas psychologiser les personnages ». Ils préfèrent travailler la résistance du corps, aller vers l’action, explorer les ruptures, les chocs, les changements brusques, et les contraintes pour créer un certain rhytme.

S’investir ailleurs

C’est leur première fois officielle avec le studio / Edgy. Pour elleux, il était nécessaire de trouver des endroits de discussion productive, car il y a un grand aspect théorique dans leur travail. Ne sachant pas ce qu’illes apporteront de nouveau, illes aimeraient avoir, du moins, quelques réponses à leurs questions. « On veut participer au dialogue, prendre la parole. C’est le sujet de notre pièce, il faut donc prendre la parole aussi! »

You got to burn to shine

Projet de recherche sur l’histoire de l’activisme durant la crise du SIDA des années 80 et 90, illes questionnent la place de l’histoire de cette lutte aujourd’hui. Cette réflexion sera faite à travers la prise de parole des performeur.e.s et des interprètes en tant que personnes sociales. « On désire parler en notre propre nom, partir de notre position ». C’est une volonté interdisciplinaire, tous les artistes proviennent de différents milieux. Illes veulent traverser les frontières et multiplier les points de vue afin d’être en conversation avec la théorie et la pratique. « Faire partie de l’écologie artistique montréalaise. »

À la question, qu’attendez-vous du public? Illes répondent : avoir des questions!

C’est dit!

*

Dans le cadre du Edgy Colloque : Féminismes en transitions // 11h à 12h : Fictionner les transitions
Brûler l’Histoire: création documentaire et mise en doute des savoirs normatifs Avec Mylène Bergeron et Philippe Dumaine (Hybris.théâtre)

 Pour plus d’informations sur Hybris.theatre:
 http://hybristheatre.wordpress.com/

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s